• Droit,
  • Anciens diplômés,
  • Environnement professionnel,
  • Concours,

Interview de Clarisse Virlogeux, la major au 2e concours d'entrée à l'EMN

Publié le 27 janvier 2020 Mis à jour le 6 février 2020
clarisse_virlogeux_major_2e_concours-bd
clarisse_virlogeux_major_2e_concours-bd

En décembre dernier, Clarisse Virlogeux a été reçue major au 2e concours réservé aux agents publics de l'Ecole nationale de la Magistrature. Cette ancienne étudiante de la Faculté de droit (master 2 droit privé fondamental) évoque son parcours et ses motivations pour rejoindre la magistrature, ainsi que sa préparation au concours.

Quel a été votre parcours professionnel avant de passer le concours de l’ENM  réservé aux agents de la fonction publique ?
« Après l’obtention d’un Master 2 “Droit privé fondamental” à l'Université Lyon III en 2012, j'ai été admissible au 1er concours d'accès à l'ENM en 2014, mais je n'ai pas franchi le cap des épreuves d'admission. Cette même année, j'ai en revanche réussi le concours de directrice pénitentiaire d'insertion et de probation. J'ai ensuite exercé cette profession en Essonne pendant plus de 4 ans. »
 
Pourquoi avez-vous décidé de vous reconvertir dans la magistrature ?
« Ma fonction de directrice pénitentiaire d’insertion et de probation m'a beaucoup enrichie. Elle m'a notamment permis de mieux appréhender le monde judiciaire et de développer une connaissance affinée des acteurs de la justice et de ses publics. À l'issue de 4 ans d'exercice, je me suis aussi sentie mieux armée pour tenter de nouveau d'intégrer l'ENM.
Si je suis intéressée par la problématique de la lutte contre la récidive, je ne souhaitais pas me cantonner professionnellement à l'application des peines. La diversité des fonctions de magistrat m'attirait. Je me sentais par ailleurs prête à prendre des décisions et à dépasser le rôle d'aide à la décision judiciaire qui était jusqu'à présent le mien. »

Comment avez-vous préparé le concours ?
« Après avoir motivé mon souhait de reconversion auprès de mon administration, j'ai obtenu le financement d'une préparation à distance. Ayant continué à travailler à temps plein, j'ai révisé durant mes soirées et mes périodes de congé. J'ai également passé 3 concours blancs.
J'ai fait preuve de beaucoup de sérieux dans mon organisation. Je me suis astreinte à un emploi du temps minuté pour avoir la chance d'atteindre l'objectif fixé. Il était important pour moi de ne pas avoir de regrets.
Le soutien constant de mon conjoint a enfin été très précieux car il m'a permis de me concentrer uniquement sur le concours. »
 
Quels conseils donneriez-vous aux futurs candidats pour préparer le concours ?
« Il est essentiel de s'imposer un cadre rigoureux pour ses révisions. Je dirais même que c'est impératif si l'on prépare le concours en maintenant son activité professionnelle. Les entrainements en temps réel sont également très importants pour s'évaluer tout au long de l'année.
Pour tenir sur la durée, il faut aussi, bien entendu, savoir se ménager des temps de loisirs et de repos.
Pour finir, j'ajouterais que la préparation d'un concours aussi difficile que celui de l'ENM implique nécessairement l'entourage. Il est nécessaire que les proches soient présents et soutenants. »