• Culture,

Transhumanisme : la fin de l'homme - Par Marie POTUS

Publié le 18 juillet 2018 Mis à jour le 24 septembre 2018

Dans le cadre de la Fête de la Science, Marie POTUS, doctorante en droit privé et sciences criminelles de Lyon 3, s'interroge sur les nouvelles technologies qui font du cyborg et du transhumanisme une réalité.


De longue date, l’homme a pu être soigné, ses faiblesses corrigées et ses infirmités compensées. Les pacemakers, les implants pour les malentendants ou encore les prothèses sont autant d’éléments artificiels destinés à compenser une défaillance du corps.

Néanmoins, l’évolution de la science et des ambitions de l’homme ont conduit à dépasser les étapes de la réparation pour aboutir à celle de l’augmentation.

La fin du XX° siècle a vu naître le mouvement transhumaniste, dont l’objectif premier est d’améliorer les conditions physiques et intellectuelles de l’humain. En rejetant les limites naturelles de la biologie, les transhumanistes aspirent à une perpétuelle évolution de l’homme jusqu’à atteindre l’immortalité.

Neurosciences, intelligence artificielle, biotechnologies, nanotechnologie ou encre ingénierie génétique sont exploitées aux fins d’accroître les capacités physiques et intellectuelles de l’homme. Ainsi, l’homme paralysé peut désormais marcher grâce à des prothèses qu’il commande avec son cerveau, les malades atteints d’Alzheimer peuvent s’implanter des puces capables d’accroître la mémoire, les aveugles peuvent porter une lentille permettant de recouvrer la vue...

L’utilisation de ces nouvelles technologies dépasse toutefois le cadre thérapeutique et peut ou pourra permettre d’accroître la durée de vie, les capacités physiques et intellectuelles de l’homme, de résister à la maladie, de télécharger l’esprit, de modifier la personnalité, d’éliminer la souffrance…

Sommes-nous amenés à laisser la place à un nouvel homme ? Un homme mi-humain, mi-machine, un homme amélioré jusqu’à devenir un posthumain ? Comment le transhumanisme se manifeste-t-il dans la société ? Faut-il en avoir peur ou faut-il y voir un monde meilleur, dans lequel l’homme se surpasserait ?

Programme (sous réserve) :

14h | François SOUBIRAN, LGLTPE, Exoplanètes
14h45 | Marie POTUS, LYON 3, Faculté de droit, Transhumanisme, la fin de l’homme
15h30 | Ludovic BELLON, ENS de Lyon, labo de Physique, A la recherche du bruit perdu
16h15 | Hugues CHABOT, UCBL, historien des sciences, L’affaire des canaux de mars
17h | Claire BAREL-MOISAN, IHRIM, littérature française, Comètes et fins du monde dans la littérature d’anticipation

Plus d'infos
Partenaires :
[legende-image]1290696770557[/legende-image][legende-image]1290696757590[/legende-image]
Thématiques :
Culture