02260115 - Droit international humanitaire

Volume horaire total 30
Volume horaire CM 30

Responsables

David CUMIN
David Cumin, docteur en Droit public et habilité à diriger des recherches en Science politique, est Maître de conférences (HDR) à l’Université Jean Moulin Lyon 3, chargé de cours en Droit public et en Science politique, responsable pédagogique de la Licence Droit-Science politique et du Master Relations internationales à la Faculté de Droit, directeur du Centre Lyonnais d’Etudes de Sécurité Internationale et de Défense (CLESID), membre de l’Association Française de Droit de la Sécurité et de la Défense (AFDSD) et de l’Institut de Stratégie Comparée (ISC), éditeur français des Carl Schmitt Studien. Il est notamment l’auteur de Unité et division de l’Afrique du Sud (Paris, L’Harmattan, 2003), Carl Schmitt, biographie politique et intellectuelle (Paris, Cerf, 2005), L’arme nucléaire française devant le droit international et le droit constitutionnel (Québec, Les Classiques des Sciences sociales, 2011, 1998), Le Japon, Puissance nucléaire ? (Paris, L’Harmattan, 2003), L’Allemagne et le nucléaire (Paris, L’Harmattan, 2013), Histoire de la guerre (Paris, Ellipses, 2014), Manuel de droit de la guerre (Bruxelles, Bruylant/Larcier, 2014), Le droit de la guerre. Traité sur l’emploi de la force armée en droit international, 3 vol. (Paris, L’Harmattan, 2015), Le terrorisme. Histoire, Science politique, Droit, 20 points clés (Paris, Ellipses, 2018), Géopolitique de l’Eurasie, avant et depuis 1991 (Québec, Les Classiques des Sciences sociales, 2018). Il a dirigé l’ouvrage collectif : Centenaire de la (2ème) Révolution russe. Perceptions et représentations contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2019.

Contenu

De quoi parlera-t-on ?

Après la présentation des branches pertinentes du droit international : jus ad bellum ou droit de la sécurité internationale (DSI), jus in bello ou droit international humanitaire (DIH), droit international des droits de l’homme (DIDH) et droit de la maîtrise des armements (DMA), l’enseignement se concentre sur le DIH. Outre la lecture de notre Manuel de droit de la guerre (Bruxelles, Larcier/Bruylant, 2014), le cours consiste en l’examen, alternatif, d’un aspect particulier du jus in bello : en l’occurrence, la problématique des drones aériens militaires, de l’homicide ciblé et de la lutte contre le terrorisme.
 

Pourquoi est-ce important d’en parler ?

La formation en Droit international implique de connaître le droit de la guerre, plus précisément, le droit international militaire. Un cours sur les drones et la lutte contre le terrorisme présente en plus l’avantage de comparer le droit de police et le droit de guerre, donc le droit applicable à l’emploi de la force. L’étudiant maîtrisera ainsi l’essentiel de la problématique liée aux armes, cependant qu’il comprendra l’actuelle (depuis 2001) « guerre au terrorisme » : ce qu’elle est et ce qu’elle n’est pas.
 

Comment comprendre aisément ce dont il sera question ?

Un étudiant titulaire d’une Licence en Droit ou en Science politique dispose du bagage nécessaire.

Bibliographie

Le plan, la bibliographie, des annexes, sont diffusés sur Moodle, Intranet Lyon 3.