04210178 - Etats, diplomatie et politiques étrangères

Volume horaire total 30
Volume horaire CM 30

Responsables

Contenu

De quoi parlera-t-on ?

Ce cours est divisé en deux parties :

1/ Etats et diplomatie
Cette partie du cours livrera des éléments de réflexion sur la diplomatie, instrument de la politique étrangère des États. Il croisera histoire et science politique pour donner au sujet son épaisseur et aborder dans la longue durée la formation d’une société diplomatique, la codification d’un droit diplomatique et les transformations de la négociation diplomatique. Des études de cas variées viendront appuyer le propos. Quelques grands problèmes seront abordés : la centralité et la rationalité supposées de l’acteur étatique, la distinction traditionnelle entre sphère interne et sphère externe, l’idée d’une société des États, les rapports de la diplomatie et de la force. À cet effet, elle s’organisera en trois grandes parties qui aborderont successivement la fonction, les règles et la pratique de la diplomatie.

2/ Politique étrangère et relations internationales
Si la politique étrangère est conçue comme processus d’acquisition du contrôle sur les actions et les attitudes d’autres acteurs dans l’environnement plus éloigné, l’analyse doit embrasser un spectre étendu de phénomènes, des individus et de leurs orientations aux groupes et institutions sur lesquels reposent les sociétés, les économies et les entités politiques. En un mot, peu de comportements humains échappent à l’analyse des phénomènes de politique étrangère. Il n’est pas seulement besoin d’être familier des dynamiques par lesquelles les états interagissent les uns avec les autres, il faut aussi saisir les processus internes de formation de ces politiques étrangères. Les ignorer en les classant comme « intérieurs » et donc épargnés par l’analyse, reviendrait à mettre de côté des caractéristiques centrales du comportement à étudier.

Ainsi, l’étude de la politique étrangère d’un pays se nourrit de sociologie, de psychologie, de science politique, d’économie, d’histoire, de connaissances des approches comparatives, de politiques publiques. En outre, la relation entre les théories de R.I. et l’étude de la politique étrangère est inévitable. Elle permet l’analyse de la dynamique large de la politique étrangère, aux trois niveaux des individus, des groupes et des états, ainsi que les résultats spécifiques du sous-champ
 

Pourquoi est-ce important d’en parler ?

1/ Etas et diplomatie
Les relations internationales connaissent des transformations rapides : les acteurs non-étatiques et les entités infra-étatiques déploient une action internationale tandis que la redistribution récente de la puissance modifie les rapports entre les États et que le multilatéralisme traverse une période de turbulences. Ces développements appellent un travail de mise en perspective. Attentif aux dynamiques contemporaines mais soucieuse de profondeur historique, cette partie de cours doit donc permettre aux étudiants de poursuivre une nécessaire réflexion sur les évolutions et les permanences dans le champ diplomatique. L’évaluation est réalisée sous la forme d’une analyse succincte, argumentée et étayée par des exemples, sur un sujet proposé lors de l’examen final.

2/ Politique étrangère et relations internationales
L’objectif de cette partie est de familiariser les étudiants à l’analyse politique critique appliquée à la politique étrangère qui se développe à partir de six caractéristiques de l’analyse d’une politique étrangère incluant des dimensions non-étatiques :
  • la recherche de preuves empiriques, adossées à un engagement théorique explicite ;
  • la compréhension que les décisions de politique étrangère sont prises et exécutées dans un ensemble de contraintes/structures ;
  • une conception large de la politique non restreinte à la sphère gouvernementale, et étendue à l’influence des individus et des groupes, des ONG, et des normes et mouvements sociaux transnationaux ;
  • un recul pris dans la compréhension des idées, des croyances et des discours par rapport à la rhétorique justificative d’actions publiques par les décideurs ;
  • une sensibilité à la nature contingente du processus politique, qui ne répond jamais à la simple nécessité;
  • une conception de la politique étrangère comme le domaine de décisions et d’actions, sous certaines conditions de contrainte et d’incertitude ; les évènements historiques ne sont pas inéluctables.
 

Comment comprendre aisément ce dont il sera question ?

1/ Etas et diplomatie
Prérequis : connaissances en histoire des relations internationales contemporaines, éléments de théorie des relations internationales, suivi régulier de l’actualité internationale.
Indications bibliographiques : Mougel François-Charles, Pacteau Séverine, Histoire des relations internationales de 1815 à nos jours, Paris, « Que sais-je ? », PUF, 2018 ; Roche Jean-Jacques, Théorie des relations internationales (9ème édition), Paris, LGDJ, 2016 ; Vaïsse Maurice, Les relations internationales depuis 1945 (15ème édition), Paris, Armand Colin, 2017.

2/ Politique étrangère et relations internationales
Intérêt pour la vie politique et économique internationale, les principaux enjeux internationaux contemporains; connaissances structurées sur l’histoire politique nationale, l’histoire des R.I. au 20è siècle, et le processus de construction européenne.

Bibliographie

1/ Etas et diplomatie

a) Aspects théoriques et historiques
  • Allain JeanClaude, Autrand Françoise, Bély Lucien et al., Histoire de la diplomatie française, Paris, Perrin, 2005 ;
  • Balzacq Thierry, Charillon Frédéric, Ramel Frédéric, Manuel de diplomatie, Paris, Presses de Sciences Po, 2018 ;
  • Battistella Dario, Théories des relations internationales (4ème édition), Paris, Presses de Sciences Po, 2012 ;
  • Berridge G.R., KeensSoper Maurice, Otte T.G., Diplomatic Theory from Machiavelli to Kissinger, Houndmills, Palgrave, 2001 ;
  • Berridge G.R., Diplomacy: Theory and Practice (3ème édition), Houndmills, Palgrave, 2005 ; Bull Hedley, The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics (3ème édition), New York, Columbia University Press, 2002 ;
  • Carr Edward H., The Twenty Years’ Crisis, 19191939 [1939], Houndmills, Palgrave, 2001 ;
  • Hamilton Keith, Langhorne Richard, The Practice of Diplomacy: Its Evolution, Theory and Administration (2ème édition), Londres, Routledge, 2010 ;
  • Kennedy Paul, Naissance et déclin des grandes puissances : transformations économiques et conflits militaires entre 1500 et 2000, Paris, Payot, 2004 ;
  • Kissinger Henry, Diplomatie, Paris, Fayard, 1996 ; Mearsheimer John, The Tragedy of Great Power Politics, New York, W.W. Norton & Co., 2001 ;
  • Nye Joseph, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.

b) Aspects pratiques et juridiques
  • Bazouni Ivan, Le Métier de diplomate, Paris, L’Harmattan, 2005 ;
  • CanalForgues Éric, Rambaud Patrick, Droit international public (3ème édition), Paris, Flammarion, 2016 ;
  • Cohen Samy (dir.), Les Diplomates. Négocier dans un monde chaotique, Paris, Autrement, 2002 ;
  • Daillier Patrick, Pellet Alain, Droit international public (7ème édition), Paris, LGDJ, 2002 ;
  • Delcorde Raoul, Les Mots de la diplomatie, Paris, L’Harmattan, 2005 ;
  • Gaurier Dominique, Histoire du droit international. Auteurs, doctrines et développements, de l’Antiquité à l’aube de la période contemporaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005 ;
  • Pancracio JeanPaul, Dictionnaire de la diplomatie, Paris, Dalloz, 2007 ;
  • Plantey Alain, La Négociation internationale au XXIe siècle, Paris, CNRS Editions, 2002 ;
  • Villar Constanze, Le Discours diplomatique, Paris, L’Harmattan, 2006.
 

2/ Politique étrangère et relations internationales

  • L. AGGESTAM, European Foreign Policy: A Social Role Theory Analysis. Londres, Routledge, 2011
  • G.T. ALLISON, Ph. ZELIKOW, The Essence of Decision, Longman, New York, 1999 (2e éd.)
  • F. CHARILLON, La politique étrangère de la France depuis la fin de la guerre froide, La Documentation Française, Paris, 2011
  • F. CHARILLON, La politique étrangère. Nouveaux regards. Presses de Sciences Po, Paris, 2002
  • ChPh., DAVID (dir.), Théories de la politique étrangère américaine. Auteurs, concepts et approches, Les presses de l’université de Montréal, Montréal, 2012
  • Ch. HILL, The Changing Politics of Foreign Policy, Palgrave, Londres, 2003
  • KE. JORGENSEN, G. HELLMANN, Theorizing Foreign Policy in A Globalized World, Palgrave, 2016
  • MCh. KESSLER, Les ambassadeurs, Presses de Sciences Po, Paris, 2012
  • Ch. LEQUESNE, Ethnographie du Quai d’Orsay, CNRS Editions, 2017
  • Th. de MONTBRIAL et Th. GOMART, Notre intérêt national. Quelle politique étrangère pour la France? Odile Jacob, 2017
  • J.N. ROSENAU, The Scientific Study of Foreign Policy, Nichols Publications, New York, 1980
  • S. SMITH, A. HADFIELD, T. DUNNE (eds.), Foreign Policy: Theories, Actors, Cases, Oxford University Press, Oxford, 2012 (2e éd.)